SoftMaker logo

Au-delà des octets

Pourquoi SoftMaker Office a ma préférence


Pour me conformer à la politique de l’entreprise dans laquelle je travaille, j’utilise depuis peu Microsoft Office au bureau. Chez moi, je continue à utiliser SoftMaker Office. Le fait de passer constamment de l’un à l’autre s’est avéré moins problématique que prévu. Ce serait même positif : écrire dans TextMaker et modifier des feuilles de calcul dans PlanMaker amplifie le sentiment d’être chez soi.

Au travail, je dois me contenter des outils que l’on me fournit. À la maison, je choisis ma propre panoplie d’outils, et c’est toujours la suite logicielle avec laquelle je suis le plus efficace.

Au-delà des octets

Abandonner, Réessayer, Échouer ?


En des temps reculés existait un système d’exploitation si mal conçu que lorsqu’une affreuse erreur se produisait, il proposait à l’utilisateur trois options aussi mauvaises l’une que l’autre : abandonner, réessayer ou ignorer. Cela signifiait, en gros, que la situation était complètement désespérée.

Lorsqu’il m’arrivait d’être confronté à ce message, je savais que, quel que fût mon choix, l’issue serait de toutes façons négative, et je choisissais généralement « Abandonner ». J’étais loin de savoir qu’il s’agissait de l’ancêtre du redoutable bouton « Annuler ».

Lorsqu’une boîte de dialogue vous donne le choix d’annuler, il est généralement question d’une décision cruciale qui exige un engagement irrévocable. Certains utilisateurs se sentent désemparés devant cette possibilité d’annuler à tout bout de champ : « Je ne comprends pas ce qui va se passer si je confirme cela, alors le mieux est que j’appuie sur Annuler ». Ce n’est pas toujours la meilleure option.


Au-delà des octets

Assistants vocaux : une avancée positive ou perverse ?


Avant tout, je dois vous demander de ne pas attendre de ma part une analyse impartiale des assistants vocaux. Alexa et les produits semblables m’ont trop souvent contrarié pour que je puisse rester objectif et mesuré. Je n’ai même pas eu besoin de posséder mon propre assistant pour en arriver là : me rendre chez des amis habitant des maisons plus ou moins connectées m’a suffi.

Bien sûr, les commandes vocales et la domotique ne sont pas toujours superflues – il existe des cas où Bixby, Cortana, Google Now et Siri peuvent se révéler vraiment utiles. Lorsque vos deux mains doivent rester sur le volant, ou si vous avez les bras dans le plâtre, c’est indubitablement pratique d’avoir à disposition un assistant qui réagit à votre voix.

À l’instar de bien des inventions dans le domaine numérique, les assistants vocaux peuvent s’avérer être aussi bien une malédiction qu’une bénédiction. Je vais tâcher de vous éclairer sur leurs avantages et leurs inconvénients.


Au-delà des octets

Arrêter et passer à autre chose : la vie après Windows 7

Pour reprendre le thème principal du précédent article du blog : Windows 7 vous convient peut-être encore, mais il est en fin de vie. Le 14 janvier 2020, Microsoft arrêtera de publier des mises à jour de sécurité pour Windows 7. Après cette date, le système d’exploitation sera une proie facile pour les logiciels malveillants.

Heureusement, il existe diverses stratégies d’évolution viables : passer à Windows 10, changer de système d’exploitation pour Linux ou macOS par exemple, ou même ne plus utiliser que des appareils mobiles. Cet article vous apporte des conseils spécifiques sur les différentes façons d’abandonner Windows 7.


Au-delà des octets

Pourquoi il est temps d’abandonner Windows 7

On ne peut pas le nier : Windows 7 est en fin de vie, et c’est imminent. Le 14 janvier 2020, Microsoft arrêtera de publier des mises à jour de sécurité pour son système d’exploitation le plus vendu. Certains utilisateurs ne veulent pas l’admettre : ils ne voient aucun intérêt à renouveler leur système d’exploitation. Cette attitude est dangereuse : en continuant d’utiliser Windows 7, non seulement ils mettent leur propre sécurité en jeu, mais ils mettent aussi en danger les autres.

L’article qui suit détaille ce à quoi il faut s’attendre une fois que Microsoft aura « débranché » Windows 7, explique pourquoi ce n’est pas une bonne idée de s’accrocher à un système qui n’est plus pris en charge par son éditeur, et propose différentes options de migration valables pour les utilisateurs qui ne souhaitent pas faire la mise à niveau vers Windows 10. Quoi qu’il en soit, il faut à présent se tenir prêt : janvier 2020 arrive à grands pas.


  • 1
  • 2

Merci.

Le produit a bien été ajouté à votre panier.