SoftMaker logo

Au-delà des octets

DeepL : la nouvelle référence en matière de traduction en ligne ?

On se trouve quelquefois dans des situations où l’on aurait besoin de comprendre une langue étrangère : avant les vacances, lorsqu’on cherche à régler les derniers détails concernant le logement loué avec son propriétaire ; au travail, quand on reçoit une demande de l’étranger ; chez soi, quand un nouvel appareil ou un gadget quelconque n’est fourni qu’avec une notice rédigée dans une langue incompréhensible.

Dans ces situations, le service en ligne d’une société basée à Cologne, en Allemagne, peut se révéler utile : DeepL traduit les textes presque aussi bien qu’un être humain. Cet article vous démontre à quel point le système est performant.

Qu’est-ce qui rend les traductions si difficiles ?

De nombreuses traductions sont mauvaises parce qu’elles proviennent directement d’un ordinateur : les manuels d’utilisation traduits de façon automatisée comportent de nombreuses erreurs (« associer la pompe et le matelas »), et les instructions de préparation pour les nouilles instantanées ressemblent à du charabia.

Il existe pourtant une solution : le service de traduction DeepL analyse les textes avec un tel soin qu’il est capable d’éviter les mauvaises traductions. DeepL atteint parfois une qualité proche de celle du traducteur humain.

Le problème principal concernant le passage d’une langue à une autre, c’est que le sens de nombreux mots dépend du contexte. Voici deux exemples liés à la langue anglaise : « sanction » peut signifier soit approuver, soit pénaliser, et « oversight » est le nom commun issu de deux verbes aux sens contraires, « oversee » (surveiller, vérifier) et « overlook » (négliger, ne pas remarquer). Ces termes doivent être traduits de manière différente. Par exemple, « sanction » peut se traduire « billigen » ou « bestrafen » en allemand, et « oversight » se traduirait par « Aufsicht » ou par « Versehen ». Très peu de systèmes de traductions par ordinateur sont en mesure de déterminer quel terme est le bon.

Les avantages tirés des réseaux neuronaux

DeepL analyse les textes par l’intermédiaire des réseaux neuronaux. Les réseaux neuronaux, quelquefois appelés pompeusement « intelligence artificielle », résolvent les problèmes rencontrés en se basant sur des schémas prédéfinis. Lorsqu’un réseau neuronal est formé pour la traduction, il est dans un premier temps « alimenté » avec des traductions correctes existantes. Il établit alors des liens entre ces dernières jusqu’à ce qu’il puisse en déduire la façon dont les textes à venir devront être traduits. Cette méthode s’appelle le « machine learning » (apprentissage automatique).

La capacité d’apprentissage d’un réseau neuronal est considérable. Par exemple, DeepL s’appuie sur un superordinateur fort d’une puissance de calcul de 5,1 PetaFLOPS – ce qui correspond approximativement aux performances de 5 000 ordinateurs individuels du commerce réunis. Le cerveau de DeepL ne se situe pas en Allemagne, mais dans un centre de données à Keflavik, en Islande. L’endroit permet au programme de « garder les idées claires » : les basses températures qui règnent sur cette île de l’Atlantique facilitent la climatisation du centre de données.

Le secret pour de meilleures traductions

Les outils de traduction en ligne offerts par Google (« Google Translate ») et Microsoft (« Bing Microsoft Translator ») s’appuient également sur des réseaux neuronaux. Cependant, leurs résultats sont loin d’atteindre la qualité du nouveau venu allemand. Les textes produits par DeepL semblent dans certains cas non seulement avoir été traduits par un humain, mais ils peuvent même s’avérer élégants.

Comment les développeurs de Cologne sont-ils parvenus à ce résultat ? L’entreprise reste discrète à ce sujet. Elle indique simplement que le « nouvel agencement des neurones et de leurs connexions » qu’elle a établi correspond davantage à un style d’expression naturelle que les systèmes de traduction déjà connus.

À la différence de ses concurrents, DeepL se limite à un choix de quelques langues. Le système a été lancé en 2017 avec sept langues : allemand, anglais, français, italien, néerlandais, polonais et espagnol. Le portugais et le russe ont été ajoutés en décembre 2018, et l’éditeur du logiciel nous a appris que le japonais et le mandarin étaient en préparation. À titre de comparaison, Google propose actuellement 99 langues au choix.

Comment tirer le meilleur parti de DeepL

DeepL peut être utilisé gratuitement et sans inscription. Le texte à traduire doit être copié dans un formulaire en ligne ou téléchargé sous forme de document texte ou de présentation. Le champ du formulaire accepte un maximum de 5 000 caractères, et il n’y a pas de taille limite pour les téléchargements.

L’avantage notable de la traduction par le biais du formulaire, c’est que vous pouvez rendre la traduction plus précise de manière interactive. Si la traduction s’avère de qualité inégale, vous pouvez cliquer sur le texte traduit afin d’ouvrir un menu contextuel offrant d’autres suggestions. Cela permet de corriger rapidement et facilement la traduction. DeepL fait plus que corriger les mots de façon individuelle : au besoin, le traducteur propose une phrase tout à fait différente.

DeepL accepte en outre les documents texte DOCX et les présentations PPTX. Dans TextMaker, allez dans Fichier | Enregistrer sous et enregistrez le document sous le format de fichier « Microsoft Word 2007-2019 (*.docx) » avant de le télécharger vers le serveur. Dans SoftMaker Presentations, enregistrez votre fichier sous le format « Document PowerPoint 2007-2019 (*.pptx) ». À l’aide de votre souris, déplacez le fichier de l’explorateur de fichiers Windows vers le formulaire du site internet DeepL.

La version gratuite ne fournit cependant que des documents en lecture seule, à partir desquels vous pouvez uniquement copier le texte brut. D’autre part, il n’est pas possible de corriger la traduction de manière interactive avec les fichiers téléchargés vers le serveur.

Un concurrent allemand pour Google, Microsoft et d’autres.

Nous avons fait traduire le même texte depuis l’anglais par un total de sept outils de traduction en ligne ; DeepL s’est révélé bien supérieur à ses concurrents. Les systèmes de traduction suivants ont été mis à l’épreuve :

  • Babylon Next Generation (NG)
  • DeepL Translator
  • Google Translator
  • Bing Microsoft Translator
  • Promt Online Translator
  • Systran Text Translation
  • Traducteur de langues en ligne WordLingo Free

La comparaison a été effectuée le même jour, en avril 2019.

Certains résultats ont confirmé l’idée que l’on se fait généralement des traductions automatiques : qui serait capable de retrouver le sens originel de la phrase « Son un livre bien en cela lui permet sa propre façon » ? D’autres outils de traduction en ligne ont choqué par les graves erreurs de traduction commises. Par exemple, l’un des outils a étrangement traduit le mot « punctuation » comme s’il s’agissait du mot « punctuality ». Plusieurs services ont tout simplement omis de traduire des passages essentiels – ceci sans même un avertissement ou un message d’erreur.

Babylon NG, Systran et WordLingo ont procuré les moins bons résultats. Babylon ne traite qu’un paragraphe et a produit des phrases employant un allemand extrêmement désuet. Plusieurs traductions effectuées par Systran se sont avérées horriblement mauvaises. WorldLingo a laissé plusieurs mots non traduits et a créé des phrases extrêmement longues et difficiles à comprendre. Promt a fonctionné un peu mieux, mais a toutefois fourni une traduction en allemand avec davantage d’incohérences que de langage utilisable.

Bing Microsoft Translator a offert de bons résultats, en mettant cependant considérablement plus de temps que le traducteur Google. À l’instar de DeepL, Google permet de sélectionner une traduction différente en cliquant sur une phrase. Toutefois, Google Translate remplace alors la phrase entière par une autre traduction. Lors de notre test, cela a conduit à de nouvelles erreurs

DeepL distance tous ses concurrents, et il a évité les pièges tendus en insérant des fautes d’orthographe volontaires. Après deux ou trois clics dans la traduction, le texte s’est avéré aussi bien traduit que par un traducteur humain. En ce qui concerne la traduction anglais-allemand, DeepL a par ailleurs été le seul outil à placer correctement les signes de ponctuation.

DeepL pour les professionnels de la traduction

Dans le domaine des traductions techniques en particulier, DeepL est synonyme de gains de temps énormes. DeepL propose aux linguistes professionnels un abonnement payant suivant trois catégories de tarif. Pour les traducteurs professionnels, l’avantage principal de l’abonnement est la protection des données.

La version gratuite de DeepL conserve tous les textes téléchargés vers le serveur et leurs traductions pour le développement du réseau neuronal. Les téléchargements des utilisateurs avec abonnement payant sont eux immédiatement effacés des serveurs. En outre, la version Pro retourne des documents et présentations non protégés et accepte aussi les fichiers texte brut (.txt). Le tarif « Starter » inclut la traduction de cinq documents par mois, la solution « Advanced » en offre 20 et l’option « Ultimate » 100 documents par mois.

À partir de la version Advanced, DeepL peut également être intégré dans des outils de traduction professionnels (outils de TAO – Traduction Assistée par Ordinateur), comme par exemple SDL Trados Studio et memoQ. D’un autre côté, les développeurs de logiciels peuvent aussi intégrer DeepL Translator dans leurs propres produits par le biais de l’interface de programmation DeepL, et payer en fonction du volume de traduction.

Utiliser judicieusement DeepL

Pour les utilisateurs privés qui n’ont besoin de faire traduire des textes que de façon occasionnelle et pour qui cela ne pose pas de problème que les textes soient stockés sur les serveurs de DeepL, la version gratuite de DeepL est à ce jour la solution la plus attractive du marché. Il est recommandé de supprimer du texte les données personnelles à caractère confidentiel telles que numéros d’identification, coordonnées bancaires ou données de vol avant de procéder au téléchargement vers le serveur. Vous pouvez les réintégrer vous-même à la traduction par la suite.

Si vous avez besoin d’une traduction pour une paire de langues que DeepL ne prend pas encore en charge, les seules options valables s’avèrent Google Translate et Bing Microsoft Translator. Les traductions qu’ils offrent peuvent être de qualité inégale, mais ces services proposent des traductions intégrales de pages web sans avoir à les copier dans le champ de traduction. Lorsque vous envoyez un courrier ou un e-mail traduit automatiquement, il est préférable de spécifier que le contenu a été traduit de cette manière et de demander au destinataire d’être indulgent.

Nous espérons vous avoir offert un bon aperçu de la situation actuelle en matière d’outils de traduction automatique, et nous attendons vos remarques avec impatience. Et vous, avez-vous pris l’habitude d’utiliser des outils de traduction automatique ? Partagez votre expérience avec nous ; la section commentaires est ouverte !


Commentaires

phil

13-10-2019 15:55

bonjour,
existe t'il un bouton de traduction DeepL que l'on pourrait inclure dans une page web ?

SoftMaker

14-10-2019 07:14

Bonjour Phil, nous ne sommes pas au courant d'une telle fonctionnalité. Ce serait tout à fait intéressant, cependant. Vous voudrez peut-être contacter l'équipe de DeepL pour leur envoyer votre suggestion.

[Hello Phil, we do not know about such a feature. It would be quite an interesting one though. You might want to contact the DeepL team to send them your suggestion.]

Mr.Bean

18-06-2019 14:28

Reverso aussi est assez performant, toutefois, je n'ai essayé que la traduction "français - anglais" et pas les autres langues. De plus, il peut agir comme un dictionnaire avec une palette de définition d'un mot en particulier, de son sens contextuel possible, des différents exemples d'utilisation de ce mot.

Kevin Stock

04-06-2019 07:38

Merci pour cette analyse très intéressante.
Pourriez-vous nous donner le texte qui a servi de base aux tests? Cela permettrait de mieux apprécier les différences entre les services.

SoftMaker

04-06-2019 11:20

Vous pouvez voir une partie de l'exemple de texte utilisé sur les captures d'écran dans la galerie d'images. Le texte original utilisé pour les tests est en possession de l'auteur, Gerald Himmelein.

[You can see a part of the used text sample on the screenshots in the image gallery. The original text used for testing is in the possession of the author, Gerald Himmelein.]

Ajouter un Commentaire

Merci.

Le produit a bien été ajouté à votre panier.