SoftMaker logo

SoftMaker Office

Quelles sont les nouveautés apportées par SoftMaker Office 2018 ? – 3e partie

Chers clients de SoftMaker,

Dans la troisième partie de notre série nous allons parler de PlanMaker 2018, notre puissant tableur. Plus particulièrement, nous allons nous concentrer sur une fonctionnalité qui à première vue ne semble pas vraiment nouvelle : les « tableaux ». Vous vous demandez probablement ce qu’il y a de si spécial à propos de tableaux d’un tableur. Vous en saurez plus à ce sujet, et sur d’autres, en continuant votre lecture.

Profitez-en bien !

3e partie : PlanMaker

Un monde totalement nouveau : les tableaux des feuilles de calcul

Si les tableaux des feuilles de calcul vous étaient jusque-là inconnus, vous allez peut-être vous demander de quoi il s’agit. Après tout, vous utilisez un tableur, non ? Et vous avez recours à des tableaux en permanence, n’est-ce-pas ? En fait, pas tout à fait : pour faire simple, ces nouveaux tableaux sont des zones à l’intérieur de feuilles de calcul qui peuvent être mises en forme d’un simple clic, auxquelles vous pouvez ajouter des données de manière dynamique, et qui peuvent être référencées en employant une syntaxe spécifique. Nous vous expliquons ci-dessous la manière dont cela fonctionne et les façons dont vous pouvez en tirer profit.

Définition d’une zone en tant que tableau

Définir une zone en tant que tableau est relativement facile. Pour ce faire, il suffit de sélectionner l’une des cellules se trouvant dans la plage que vous souhaitez convertir en tableau puis de cliquer sur Insérer | Tableau. Dans les menus classiques, cette commande se trouve sous Feuille de calcul > Nouveau tableau.

PlanMaker utilise alors la boîte de dialogue suivante pour déterminer quelle zone devrait être définie en tant que tableau :

Dans la capture d’écran ci-dessus, observez le tableau derrière la boîte de dialogue : bien qu’une seule cellule ait été sélectionnée, PlanMaker a automatiquement reconnu la zone source pour le tableau et l’a suggéré. Vous pouvez tout simplement accepter la suggestion ou la corriger préalablement.

Si la zone sélectionnée vous convient, confirmez-la en cliquant sur « Insérer ». Vous constaterez ensuite par l’aspect de la zone que cette dernière a bien été mise en forme comme tableau :

Alors, que s’est-il passé ? Outre la mise en forme automatique en tant que tableau – visualisable grâce aux lignes avec rayures bleues et blanches dans la représentation ci-dessus – cette zone offre à présent les options suivantes :

Filtre automatique automatisé : la première ligne du tableau qui vient d’être créé contient maintenant un filtre automatique. Cela fonctionne de la même façon qu’un filtre automatique « ordinaire » dans la feuille de calcul, mais seules les valeurs comprises dans le tableau sont filtrées. Les cellules sous le tableau ne sont pas affectées. Atout supplémentaire, vous n’êtes plus limité à un filtre automatique par feuille de calcul, dans la mesure où chaque tableau dispose de son propre filtre automatique.

Référencement dynamique : les contenus des tableaux peuvent être référencés grâce à une syntaxe spéciale qui rend beaucoup plus facile l’ajout dynamique de données.

Par exemple, imaginons que vous vouliez calculer la moyenne sur la colonne « 2016 » dans le tableau illustré ci-dessus. Vous pouvez facilement le faire en saisissant =MOYENNE(Table1[2016]) dans n’importe quelle cellule.

À ce stade vous allez peut-être vous demander quel est l’intérêt d’utiliser cette syntaxe plutôt que =MOYENNE(D2: D11), ce qui vous donnerait le même résultat. C’est là qu’intervient le caractère dynamique dont on a parlé plus haut. Si d’autres valeurs sont ajoutées au tableau, elles sont automatiquement incluses dans le calcul :

De cette manière, vous aurez la certitude que la moyenne de toute la colonne « 2016 » du tableau est toujours calculée, quel que soit le nombre de cellules dans la colonne.

Comment ajouter de nouvelles valeurs dans un tableau ? Rien de bien compliqué non plus – vous avez trois solutions :

  • vous pouvez sélectionner la cellule en bas à droite du tableau et appuyer sur la touche de tabulation,
  • ou bien vous pouvez agrandir la zone du tableau en faisant glisser le petit triangle dans le coin inférieur droit du tableau,
  • ou sinon il vous suffit de saisir une valeur dans une cellule se situant immédiatement à la droite ou au-dessous du tableau.

Si vous préférez travailler avec des boîtes de dialogue, vous pouvez aussi étendre le tableau avec Tableau | Plage (avec les menus classiques : Feuille de calcul > Tableau > Plage de tableau).

Les références de cellules dynamiques sont également très utiles pour les tableaux servant de source pour les tableaux croisés dynamiques. Si de nouvelles valeurs sont ajoutées au tableau source, elles sont également incluses dans le tableau croisé dynamique après avoir sélectionné « Mettre à jour les tableaux croisés dynamiques ».

La nouvelle syntaxe pour la prise en compte des contenus d’un tableau comporte de nombreuses autres options, comme la prise en compte de plusieurs colonnes d’un tableau, la prise en compte de certaines lignes, et ainsi de suite. Cela dit, détailler toutes ces possibilités ici dépasserait le cadre de cet article. Pour ceux que cela intéresse, vous trouverez une description détaillée dans la section « Tableaux dans les tableaux » de notre manuel de PlanMaker.

Options de mise en forme spéciale : comme vous avez pu le voir, un style de tableau a automatiquement été appliqué à la zone marquée en tant que tableau. Mais ce n’est pas le seul style que vous pouvez appliquer à votre tableau. De nombreux autres styles sont à votre disposition dans le ruban adapté au contexte « Tableau ». Pour activer l’onglet de ruban correspondant, sélectionnez n’importe quelle cellule de votre tableau ; le catalogue de modèles supplémentaires de tableau s’affiche ensuite sous Tableau | Styles de tableau :

Si vous utilisez l’interface utilisateur classique, vous pourrez trouver ce catalogue de modèles sous Feuille de calcul > Tableau > Paramètres du tableau dans l’onglet « Style ».

Comme vous pouvez le constater dans la capture d’écran ci-dessus, les tableaux comportent d’autres options de mise en forme en plus des modèles, comme par exemple la mise en évidence de la première ou de la dernière colonne, ou l’application de « stries » panachées automatiques sur les lignes ou les colonnes.

Les options Ligne d’en-tête et Ligne de total représentent des fonctions particulières : outre les options de mise en forme, ces deux éléments présentent des caractéristiques techniques spécifiques :

La ligne d’en-tête dispose des commandes pour les filtres automatiques mentionnés plus haut. Vous pouvez filtrer et organiser les contenus du tableau à l’aide des petites flèches à la droite de chaque cellule :

De même, la ligne de total comprend les éléments de commande dans chaque cellule. Toutefois, ceux-ci sont utilisés pour calculer les valeurs clés à partir du contenu se trouvant au-dessus. Par exemple, la moyenne des données au-dessus peut être calculée dans la ligne de total d’un simple clic :

D’ailleurs, vous pouvez aussi modifier les contenus et la mise en forme des tableaux en utilisant les méthodes habituelles. Par exemple, si vous voulez mettre en évidence une cellule, vous pouvez facilement modifier la couleur de sa police. Vous pouvez également utiliser la syntaxe de formule traditionnelle à l’intérieur d’un tableau.

Nouveaux styles de cellule

Vous savez peut-être déjà comment travailler avec les styles de cellule des anciennes versions de PlanMaker. Grâce à de nombreux nouveaux styles que vous pouvez appliquer à partir d’un catalogue attrayant, cela n’a jamais été aussi simple – et la compatibilité avec Microsoft Excel 2016 et 2019 restera assurée. Vous trouverez le catalogue sous Accueil | Styles de cellule:

Si vous utilisez l’interface classique avec menus et barres d’outils, vous trouverez ces styles dans un menu déroulant classique dans la barre d’outils Mise en forme.

Définissez la taille des onglets dans l’onglet de la feuille de calcul

Pour satisfaire de nombreuses demandes de la part des utilisateurs, nous avons ajouté une petite fonctionnalité bien pratique qui facilite le travail avec plusieurs feuilles de calcul : la taille des onglets dans le registre de feuille de calcul peut désormais être définie par l’utilisateur. Si les onglets sont trop petits pour vous, vous pouvez les agrandir dans les paramètres disponibles dans l’onglet « Affichage » :

Les onglets de la feuille de calcul sont alors affichés dans la taille spécifiée :

Les tailles de police autorisées vont de 4 à 48.

Nous espérons vous avoir apporté un bon aperçu de certaines des nouvelles fonctionnalités remarquables de PlanMaker 2018.

Merci pour vos commentaires au sujet de notre précédent article de blog. Nous vous incitons de nouveau à nous donner vos impressions et à nous faire partager vos expériences.

N’hésitez pas à essayer le nouveau SoftMaker Office !

La version d’essai gratuite de 30 jours est disponible ici.



Ajouter un Commentaire

Merci.

Le produit a bien été ajouté à votre panier.